La 4ème édition du Digital Day Figaro a rassemblé plus de 200 personnes dans les locaux du Figaro. Le succès de cette dernière édition traduit l’intérêt croissant du marché à comprendre et intégrer les mutations du paysage media, sous la pression des innovations digitales.
Le digital apporte chaque année des nouveautés et des technologies qui influent sur les organisations, la conception et la diffusion des contenus.
Au travers de ces journées d’échanges, de partages d’expériences et de débats, nous souhaitons apporter un éclairage et aider à comprendre les attentes et usages de nos audiences, qui sont aussi des consommateurs.

(RE)VIVEZ LES MOMENTS FORTS DE LA JOURNÉE

 

LE SOCIAL MEDIA, ENTRE VRAI ET FAUX MARCHÉ ?
Rémi Douine – Fondateur The Metrics Factory
Arthur Kannas – Fondateur d’Heaven

Le marché noir de l’influence vs le marché blanc du social media… ou le petit guide de la triche. Les metrics sont des armes de réputation massive, elles influencent nos comportements. Le nombre d’amis, de mentions « j’aime » sur facebook forgent les opinions sur la marque et  la tentation de tricher devient forte,  les moyens sont à portée de clics.  De plus, les réseaux sociaux ont inventé de nouveaux metrics de performance qui se révèlent incompatibles avec celles des métiers du marketing, obligeant l’ensemble des plateformes à repenser leur KPI’s.

Télécharger la présentation

 

APPLI VS SITE MOBILE, QUELLES FONCTIONS ET QUEL AVENIR ?
Olivier Binisti – Senior Digital Strategist & Directeur des contenus Nurun
Pascal Pouquet – Directeur des Nouveaux Médias Le Figaro

70% des applications mobiles ont un trafic en progression quand 55% des sites Web ont un trafic en baisse. Face à l’évolution des usages Internet & Smartphone, Olivier Blinisti et Pascal Pouquet reviennent sur le choix stratégique et vital pour un annonceur souhaitant exister auprès des mobinautes sachant que 50% des applications ont une durée de vie inférieure à 5 secondes. A l’heure actuelle, les entreprises ont 3 possibilités pour gérer leur présence sur mobile : application, site mobile ou site en Responsive Design. Pour les 2 intervenants, c’est un choix d’usage et non un choix technologique qui doit guider les entreprises dans leurs décisions. Les applications répondent prioritairement à un besoin de fonctionnalités précises pour les consommateurs, le site mobile offre plus d’autonomie et d’indépendance alors que le responsive design est un compromis entre ces 2 modèles.

Télécharger la présentation

PLATEFORMES ADEXCHANGE, QUEL RETOUR D’EXPÉRIENCE ?
Ombline de Coriolis – Media Manager ING Direct France
Fabien Magalon – Directeur Général La Place Media

Avec pragmatisme et pedagogie, cet atelier a abordé les enjeux et nouveaux leviers de performances liés à l’utilisation des AdExchanges. Avec un décryptage des mécanismes (techniques & humains) du RTB, les intervenants ont identifié les clés du succès  pour optimiser l’achat du displayHaute-qualité et valeur-ajoutée sont les 2 grandes idées directrices partagées par éditeurs et annonceurs. Les premiers améliorent constamment leur offre pour le RTB (formats, emplacements, devices…). Les seconds optimisent ainsi la répartition de leur budget Digital et concentrent leur action sur leurs cibles avec  une meilleure personnalisation des messages, par contexte et objectifs (recrutement, fidélisation ou notoriété).

Quelques chiffres choc, un peu de pédagogie et beaucoup de partage d’expérience !

Télécharger la présentation

 

LA VIDÉO, NOUVEAU MODE DE CONSOMMATION DES CONTENUS
Mathieu Mazuel – Directeur du développement Piximedia
Bertrand Gié – Directeur des Nouveaux Médias Le Figaro
Julien Mielcarek – Chef du service Vidéo Le Figaro TV

Alors que la 4G est sur le point de révolutionner la consommation vidéo en mobilité, déjà 4 internautes sur 5 sont vidéonautes. Chaque mois, un internaute regarde en moyenne 91 vidéos différentes ce qui représente environ 5 heures d’images. La vidéo sur internet possède ses propres codes, totalement différents de ceux de la TV. Avec ces nouveaux formats, les éditeurs de presse donnent plus de profondeur à leur contenu. Ces nouveaux usages se répercutent également sur le marché de la publicité in-stream, en forte croissance depuis 2 ans. Alors que le display reste le format star sur les sites d’information, l’in-stream propose une visibilité accrue et une qualité premium . Les marques peuvent ainsi bénéficier d’une exposition de choix pour leurs campagnes vidéos quand on sait que près de 2 internautes sur 3 se rendent sur des sites d’information. (MNR Mars 2013)

Télécharger la présentation – Le Figaro
Télécharger la présentation – Piximedia

 

« MEET THE CONNECTED READER #2 « , ÉTUDE EXCLUSIVE FIGAROMEDIAS SUR LES USAGES NUMÉRIQUES
A retrouver ici

 

DÉBAT « DIGITALISATION DES CONTENUS ET JOURNALISME »
Animé par Cécilia Gabizon – Rédactrice en Chef Figaro Etudiant
En présence de :
Alice Antheaume – Journaliste – Directrice adjointe à l’école de journalisme de Sciences Po, chroniqueuse pour Médias le Mag & auteur du blog Work In Progress
David Lacombled – Directeur délégué à la stratégie de contenu Orange
Jean-Michel Salvator – Directeur de la Rédaction du Figaro.fr

 

L’ÉDITORIALISATION DES CONTENUS, BRAND CONTENT ET CROSS CANAL
Franck Botbol et Hugues Cholez – Directeurs Généraux de DAN Paris TBWA et Directeurs de Création digitale TBWA Paris

« Le brand content est une expression publicitaire qui s’exprime hors des formats traditionnels ». La publicité devient alors suggérée et non imposée  bien décryptée pour les jeunes générations. Ces stratégies de communication amènent l’affranchissement des contraintes techniques au service de l’idée.
Entre opérations digitales et citations de Lee Clows (Chairman & global director de TBWA/Worldwide), nous découvrons ici une dimension du brand content où l’objectif est de servir les marques en défendant leurs valeurs et leur identité.

Télécharger la présentation

 

LE SHOPPER ET SES NOUVEAUX CANAUX D’ACHAT
Jérome Toucheboeuf – CEO Fullsix

Le magasin est mort,  Vive le connected store !

Plus d’information, de comparaison, plus de services, … Le digital a engendré de profondes mutations  dans  le comportement client.  Néanmoins, cette digitalisation croissante du parcours client ne signe pas la fin des magasins.  Face à la maturité technologique des clients, à l’évolution de leur parcours cross-canal et à leurs attentes, c’est aux marques à intégrer de nouvelles  fonctionnalités dans leur offre produitl’animation de leur réseau et leur organisation. De nombreux best cases utilisent le digital comme un vecteur de nouvelles relations à la marque, en amont, pendant et après l’acte d’achat : recrutement, SN, Web-to-Store,  Show-rooming, On-the-Go, vendeurs connectés, m-paiement, avatar, social gaming, data-catching…

 

DATA : VOS DONNÉES ONT-ELLES DE LA VALEUR ?
Table ronde animée par Cécile Berger – Fondatrice Mr & Mrs
en présence de :
Jérome de Labriffe – Président de l’IAB
Henri Verdier – Directeur d’ Etalab, le service du Premier ministre chargé de l’ouverture des données publiques
Augustin Decré – Managing Director France Nugg.ad

Alors que la publicité peut paraitre parfois intrusive, quand elle est correctement ciblée elle devient servicielle . Au-delà de la publicité et avec l’objectif de toujours mieux connaitre ses clients, optimiser la data devient un enjeu majeur auquel l’ensemble des entreprises sont aujourd’hui confrontées. Collecter, stocker, qualifier, exploiter .. à priori la gestion de la data parait simple. Mais quand la data devient « big »  et que les sources se multiplient, l’exploitation se complique.  Face à ce challenge, l’ensemble des fonctions en relation avec la data ne peuvent être externalisées et doivent être au centre de la structure. Avec cette connaissance client approfondie, la maitrise de la data permettra à moyen terme aux entreprises de commercialiser de nouveaux produits ou services annexes à leur cœur de métier et de performer sur leur activité principale. Dans un environnement plus que concurrentiel, bien connaitre son client c’est répondre voir anticiper les besoins.

 

DIGITALISATION DES ORGANISATIONS, OÙ EN ÊTES-VOUS ?
Didier Barbé – Vice-Président Marketing, Communication IBM
Patrick Hoffstetter – DG Digital Factory Renault

La banalisation des technologies pousse les entreprises à se transformer pour s’adapter aux nouveaux vecteurs du business et à la demande du client qui doit être placée au cœur de la réflexion.  En interne, il s’agit de former les équipes pour mieux appréhender le digital. Le mode de management évolue aussi : les circuits sont plus courts. D’un point de vue stratégie, l’intention est de passer d’une vision autrefois centrée sur le produit à une vision orientée client : la digitalisation transforme le parcours client et l’accompagne du premier contact jusqu’à l’après-vente et la fidélisation. La dimension service prend ainsi un poids croissant.